Sélectionner la page

C’est quoi la neutralité du net et pourquoi c’est important ?

C’est quoi la neutralité du net et pourquoi c’est important ?

La neutralité du net, c’est quoi ? Et faut-il s’inquiéter si elle n’est plus respectée en Europe, comme c’est désormais le cas aux États-Unis ?

Depuis le 14 décembre 2017, Internet vient de perdre un de ses principes fondateurs. Ce jour-là, l’agence fédérale des communications des États-Unis, la Federal Communications Commission (FCC) a abandonné le principe de neutralité du Net. Mais pourquoi cet événement nous intéresse ? Pourquoi tous les médias en parlent ? On fait le point sur ce sujet qui peut paraître un peu technique mais qui nous concerne tous.

La neutralité du net, c’est quoi ?

La neutralité du Net est un principe fondateur d’Internet. Elle garantit la libre circulation, sans discrimination des contenus sur le web. En effet, Internet a été imaginé depuis le début comme un réseau ouvert, décentralisé. Les opérateurs qui font circuler les données (comme Orange, Free ou SFR en France) ont pour mission de les faire transiter sur leur réseau, peu importe ce qu’elles comportent.

Cette neutralité du net est considérée comme une condition essentielle au bon fonctionnement et au développement d’Internet. Elle favorise une meilleure libre concurrence entre les acteurs. Elle participe également à assurer le respect de la vie privée des internautes et la liberté d’expression. La neutralité d’internet est donc un enjeu démocratique. Chacun peut s’exprimer de manière égalitaire, notamment les médias (radio, TV, presse), quelques soient leurs opinions et leurs moyens financiers.

neutrality-internet-demonstration

Alors pourquoi la remettre en cause ?

Pour l’instant seules les États-Unis viennent de remettre en cause ce principe. L’argument principal pour la fin de la neutralité du net est d’affirmer qu’il faut faire confiance au « libre marché » (des communications) pour trouver son propre équilibre. Les institutions étatiques ne doivent pas se mêler de cela. Autre argument mis en avant, notamment par les principaux fournisseurs d’accès à Internet, l’arrivée de nouvelles technologies (internet des objets, la voiture autonome) demanderait des investissements importants et des niveaux de vitesse de transmission des données différentes.

Pour l’instant, en France, la loi pour une République numérique du 7 octobre 2016 a inscrit le principe de neutralité de l’internet dans le droit français. Le principe interdit aux fournisseurs d’accès à internet (FAI) de discriminer l’accès au réseau en fonction des services. Au niveau européen, c’est le Body of European Regulators for Electronic Communications (Berec) qui est chargé de l’application du principe de neutralité du Net.

Est-on pour autant protégé ? Sur le court terme, certainement. Mais les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) européens pourrait bien faire pression sur l’Europe pour remettre en cause ce principe. Même en France, Stéphane Richard, P-DG d’Orange (dont le premier actionnaire est pourtant l’État) vient d’affirmer dans une interview qu’il faudra « qu’on soit capable de proposer à l’industrie, aux services, des internets avec des fonctionnalités et des puissances différentes.

Pourquoi cela concerne aussi l’avenir de nos enfants

Cette vidéo de Data Gueule explique très bien pourquoi la fin de la neutralité du net nous impacte tous.

La fin de la neutralité du net, c’est le retour à un Internet à deux  (ou plusieurs) vitesses, c’est instaurer un Internet féodal où chaque opérateur pourra faire payer davantage ses utilisateurs pour avoir accès à certains contenus. Quelles sont les implications ?

  • Certains médias (propriétés des mêmes fournisseurs d’accès à Internet) pour être privilégiés par rapport à d’autres médias. C’est la pluralité de la presse et la diversité de ses expressions qui est menacée. Un média pourrait ne plus recevoir le même traitement de la part d’un opérateur du fait d’opinions qui le gêneraient. Plus largement, c’est la liberté de s’exprimer et de communiquer qui est remis en cause.
  • L’accès à la connaissance et à la culture serait plus difficile pour les familles les moins aisées. Beaucoup d’enfants et d’ados apprennent beaucoup de choses grâce à Internet, notamment grâce aux vidéos postées sur YouTube. Avec la fin de la neutralité du net, il faudra certainement payer plus pour profiter des mêmes contenus que maintenant. Cela provoquerait une nouvelle discrimination sociale.

La fin de neutralité du net nous concerne tous. Internet n’appartient à personne. C’est un bien commun de l’humanité. Que cela reste ainsi.

A lire aussi notre dossier : le petit Kit pour protéger tes données sur Internet

Source : Vie-publique, Numérama, Qwant, Télérama

 

A propos de l'auteur

Christophe Coquis

Journaliste web et père de deux ados, j'aime tester de nouvelles applications, regarder des séries télé tard le soir, et chasser des Pokemon le jour avec ma fille.

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Soutenez Geek Junior sur Tipeee !

Suivez-nous partout !

Le coin des parents

Rubrique

Geek Junior en espagnol

Espace Makers (DIY, 3D…)

Notre guide Snapchat

Le guide Snapchat

Inscrivez-vous à notre newsletter

Chaque semaine, recevez notre lettre d'information avec les derniers articles publiés sur Geek Junior

Merci ! Vous vous êtes bien inscrit à notre lettre d'information.

Share This